Et si on imaginait ensemble des scènes de rencontres du temps de Jésus ! Speed-dating à l’ancienne ? Je n’ai pas dit ça lol 🙂

 

Jésus aimait prendre du temps avec ses amis. C’est pas nouveau, on le voit même dans une bonne partie du Nouveau Testament. D’ailleurs, c’est souvent expliqué au travers de deux mots bizarres : communion fraternelle !

Mais avoue que si tu n’es pas chrétien, tu ne vas certainement jamais utiliser ces deux mots ensemble ! Alors qu’est-ce que ça veut dire au final ?

Toutes les excuses sont bonnes. Même du poisson  ?!

Aujourd’hui, quand on parle de communion fraternelle, on parle de petits groupes de personnes, souvent de mêmes affinités, qui se retrouvent pour discuter, partager, se soutenir et vivre des choses ensemble.  

Jésus fait griller du poisson, pendant que les disciples pêchent. Puis ils se retrouvent, mangent et discutent ensemble. Un moment privilégié pour que Jésus transmette à ses nouveaux, le message révolutionnaire qu’il venait apporter.

On retrouve ce groupe plus tard, lorsqu’ils partagent pain et vin, dans le but de se rappeler du sacrifice que Jésus allait vivre. Puis les disciples, devenus apôtres, ont perpétré ce rituel à leur tour en se réunissant pour s’exhorter, prier, et ils finissaient toujours par un repas communautaire !

Un ami à droite, un ami à gauche, à tous bon appétit !

Je ne sais pas si tu connais cette chanson ? On la chante généralement avant de manger. Et souvent avec des enfants. De ce que je m’en rappelle, c’était pour moi plutôt une formule magique à réciter avant de pouvoir manger. Mais aujourd’hui, je me rends compte qu’elle parle de cette aventure qu’on partage entre amis. Jusqu’au repas.

Et il faut dire que la nourriture est souvent gage de retrouvailles, de convivialité, jusqu’à même pouvoir prendre du temps de qualité avec nos amis ou toute autre personne qu’on veut découvrir.

Je te vois revenir à grands pas avec le speed-dating. Mais non, ce n’est toujours pas le cas ! 🙂

Les bonnes méthodes savent se perpétuer

Tu as les mêmes possibilités que Jésus, aujourd’hui, adaptées au 21ème siècle, pour créer des affinités, des amitiés avec les personnes qui t’entourent et construire ensemble ta foi et sa foi ! En fonction de la saison et des événements, tu pourras proposer des piques-niques, des soirées foot, des brunchs ou tout simplement boire un verre.

Faire des disciples, c’est savoir prendre le temps d’apprendre à se connaître ! De cette façon, tu pourras proposer un Jésus sur mesure à la personne en face de toi. Qu’elle soit chrétienne de longue date ou toute novice dans la foi.

Fais-le à la fréquence que tu penseras bonne, mais j’ai appris que de se mettre des temps régulier dans mon agenda pour prendre du temps avec des personnes spécifiques était mon meilleur outil pour être sûr de construire sur la durée et en profondeur.

C’est ce qu’on appelle aujourd’hui : groupe de maison, cellule de maison, connects…  ce rassemblement en petits groupes pour grandir dans ta foi avec les autres et les faire avancer len même temps, au travers de ton expérience.

Comment ça se déroule ?

  • Tout le monde apporte quelque à boire ou à manger en fonction de ses moyens et on met tout en commun
  • Encourager les discussions pour prendre la température pour savoir comment ça s’est passée la semaine de chacun et pourquoi pas proposer des témoignages sur la semaine écoulée
  • Proposer un temps de partage sur un thème précis décidé en amont, ou autour d’un texte biblique, tout comme ça peut être un temps de questions/réponses par exemple. Il y a plein de possibilités à ce niveau-là.
  • De façon quasi obligatoire, proposer un temps prière pour se soutenir ensemble dans les sujets de prière de chacun. Bien sûr, vous pouvez prier ensemble sur la mise en pratique du thème développé ensemble.

Quelques astuces !

  • L’accueil est très important ! Les personnes doivent rapidement se sentir à la maison chez toi. Bien sûr tu peux aussi faire ça dans un café ou un resto, mais ton salon aura un côté cocooning & intime qu’on ne retrouve pas aussi facilement dans un endroit public.
  • Se mettre tous au même niveau ! On n’est pas là pour enseigner l’autre mais pour vivre la vie ensemble. Tout le monde pourra ainsi apprendre de l’autre. 
  • Faire en sorte que le temps de parole soit équitablement partagé. Tu auras sûrement une personne qui ne préférera pas parler parce que réservée. Bien sûr, ne la force pas à parler, mais donne-lui la possibilité de s’exprimer. Elle risquerait de ne pas la prendre elle-même.

A quoi ça sert ?

Peut-être que tu connais ce principe, mais que ça ne te motive pas tellement ou peut-être même que tu as été déçu par certaines façons de faire. Je te comprends, crois-moi. Je n’ai pas toujours adhéré à cette vision.

Mais là où je trouve ce principe vraiment intéressant, c’est que je n’arrive pas à avancer seul. Ma forme spirituelle dépend de ma relation personnelle avec Dieu, et des autres chrétiens qui m’aident à avancer, tenir bon et me remettre en questions. 

Si Dieu a créé l’Église, en instaurant en insistant sur l’utilité et l’efficacité de chaque membre du corps, c’est que chacun a besoin des uns et des autres pour avancer, progresser, sans perdre de vue qu’il faut faire d’autres disciples. Tu te vois avec uniquement une seule jambe ? Le torse sans les bras ?  

C’est dans ces petits groupes de maison que tu vas pouvoir partager tes fardeaux et tes victoires, chose quasi-impossible lors d’un culte ou un gros rassemblement de l’église. Et puis, si tu es fragile, malade, à 2 doigts de tomber par terre, d’abandonner par manque de force ou de courage, c’est encore ton groupe qui va veiller sur toi.

Tu te rendras vite compte que pour soutenir et former d’autres disciples, tu as besoin d’être soutenu toi aussi. C’est la façon dont Dieu a créé son eco-système social. 

Des millions de disciples suite à un petit groupe !

Imagine maintenant que ce petit groupe donne naissance à un réseau d’autres petits groupes qui se dupliquent à l’infini. Oui c’est possible !

Une église internationalement connue aujourd’hui en Corée du Sud, s’est développée sur ce même principe et compte maintenant des centaines de milliers de personnes à travers la Corée du Sud. Mais c’est le cas de nombreuses églises dans le monde entier aujourd’hui.

 

Alors, tu vois les choses différemment maintenant quand tu entends communion fraternelle ?  

Et si tu as entendu qu’il y avait un groupe de maison dans ton église ou si c’est le moment d’en commencer un nouveau pour rassembler des personnes d’un même endroit, n’hésite plus ! Implique-toi et vois les fruits que tu porteras très rapidement. 

Je te retrouve sur la Communauté des Partageurs de Jésus, si tu veux voir ce que c’est d’être enflammé pour l’évangélisation et reproduire des disciples :

Bastien Cuenot.